3

Étudier, vivre, créer et travailler au pays

La région Bretagne doit donner aux jeunes la possibilité et le choix d’étudier dans de bonnes conditions, de devenir des citoyennes et des citoyens libres, éduqués et responsables, de vivre et travailler en Bretagne grâce à une économie renouvelée en lien avec une formation initiale, universitaire, professionnelle en pointe, et en phase avec les grands enjeux du XXIe siècle.

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Télécharger le fichier PDF

Appel à vos propositions

3 réponses

  1. Filière du bâtiment.
    Aujourd’hui nous manquons de main d’œuvre dans le bâtiment d’une manière générale du a une image qui a été dévalorisée depuis des décennies. Un métier en particulier doit évoluer et grandir c’est celui de charpentier. Ce métier s’est beaucoup développé avec la filière du bois et l’utilisation grandissante des murs à ossature bois, des isolants en bois, etc.
    La région maitrise sa filière mais a un déficit import-export qui va s’agrandir avec la forte demande qui arrivera avec la nouvelle réglementation environnementale RE 2020. Nous devons stocker du carbone dans les bâtiments et le bois est un vecteur magnifique pour cela.
    Il faudrait accentuer la formation des filières du bois, de la gestion des forets à la formation des charpentiers. Le développement de filières de formation en sylviculture, trop faible aujourd’hui, doivent être déployées sur tout le territoire à travers les CFA, …, et en partenariat avec l’éducation national.
    merci

  2. Quand nous sortirons de la crise Covid, la société dans dans ensemble devra compenser l énorme effort que nous avons demandé à la jeunesse pour protéger les seniors .les entreprises qui se veulent citoyennes et responsables, et il y en a beaucoup en Bretagne, devront inclure un volet jeunesse dans leur RSE , par exemple en favorisant pour les jeunes l acquisition d une première expérience la région peut animer un tel dispositif

  3. Mettre fin ou au moins limiter la speculation immobilière et l’augmentation du nombre de résidences secondaires, en particulier dans les zones déjà très tendues (littoral). Certaines d’entre elles n’ont plus d’autres vocations que le tourisme : difficile d’y faire vivre une entreprise à l’année, presque impossible de s’y loger pour ceux qui y trouveraient un emploi. Les jeunes n’ont pas d’autre choix que de partir.
    D’autres partis proposent par exemple un statut de résident permanent.

Laisser une proposition

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *