7

Langues, culture et sport, les 3 « porte-drapeaux » de la Bretagne

La Bretagne est un territoire amoureux de la culture, de la culture populaire et du sport, vecteurs de bien-être social et de développement territorial

Soutenir cultures et sports, sauver et promouvoir nos langues de Bretagne permettra de souder davantage les bretonnes et les bretons autour d’une volonté commune de développer le bien-vivre ensemble

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Télécharger le fichier PDF

Appel à vos propositions

7 réponses

  1. Afin d’éviter le ‘mitage’ actuel en matière de bilinguisme : voter des « dispositions » à valeur régionale s’appliquant sur l’ensemble du territoire où sur une fraction (à définir) de celui-ci : bilinguisme systématique breton-français pour le jalonnement urbain et communal en Basse Bretagne ainsi que pour les routes…
    Incitation des communes et communautés de communes à bilinguiser l’ensemble de leurs sites, véhicules et communications.

  2. Commencer par ètre logique: ce site doit etre bilingue.(Brezhoneg-Galleg)
    Par ailleurs:
    -mettre en place une TV sur le modèle gallois de S4 (S pedvarek).
    -avoir la maitrise sur le contenu du système éducatif.
    -récupérer la formation du personnel maritime (Nantes et Saint Malo).

  3. Brezhoneg kenofisiel e Breizh he femp departamant. Gwir da gement Breizhad/Breizhadez zo da vevañ e brezhoneg n’eus forzh pelec’h e Breizh / Breton coofficiel en Bretagne. Droit pour tout-e Breton, Bretonne de vivre en langue bretonne n’importe en Bretagne à 5, evel-just !

  4. Pour parler de culture et non simplement de langue, je pense que la Bretagne a la chance d’avoir un tissus dense d’associations et d’initiatives de toutes sortes et de toutes tailles. La culture c’est d’abord la diversité , et la période Covid nous montre que sans interactions sociales, la culture dépérit. Je crois qu’il faut s’opposer à l’uniformisation culturelle mondiale sous prégnance majeure des USA et de la langue anglaise. Je crois qu’il faut favoriser la culture vivante prise en main par chacun .La culture c’est comme la confiture c’est meilleur quand on la fait ensemble.
    Le citoyen doit être acteur de la culture et ne pas laisser la création uniquement à des professionnels auto-désignés artistes. La Culture vivante et amateure est un facteur important d’émancipation sociale cf l’orchestre Demos de Brest qui arrive a faire sortir la musique classique de son étui poussiéreux .
    https://www.youtube.com/watch?v=6jqJuQ-8u_A
    Notre culture populaire bretonne est aussi un bel exemple d’une culture faite maison, souvent issue de paysans anonyme ; transmise par oral . La survie du Fest Noz est un signe d’espoir, pas seulement pour l’identité bretonne mais aussi pour une culture vivante, ouverte qui libère et qui fait civilisation.

  5. Préserver les noms de lieux dits et de communes historiques en interdisant leur modification.
    Je ne suis pas pour interdire systématiquement, mais dans ce cas je crois que le pouvoir d’un maire éphémère sur un patrimoine séculaire voire millénaire devrait être limité.

Laisser une proposition

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *