1

Décider plus pour décider mieux : la Bretagne innove

De nombreuses régions d’Europe bénéficient depuis longtemps d’une forte autonomie génératrice de développement économique environnemental et humain. Terre d’innovation, la Bretagne doit devenir un territoire d’inventions démocratiques concrètes à partager avec les autres régions de notre République. Nous créerons, à constitution constante, de nouveaux espaces d’expression et d’actions démocratiques pour chacune et chacun, dans un souci constant de respect d’intégration de tous et d’épanouissement démocratique de la société bretonne.

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Télécharger le fichier PDF

Appel à vos propositions

4 réponses

  1. Je suis une bretonne exilée en espagne.nous sommes nombreux à devoir vivre ailleurs tous en nous sentant concernés par ce qui se passe en Bretagne. Peut être serait il possible de créer une plateforme en ligne permettant d échanger sur les innovations/decouvertes dans le monde qui pourrait devenir banque de données pour lancer des projets en Bretagne ou pour faire essaimer des innovations bretonnes dans le monde ??

    1. Pardon, j’ai lu votre programme après coup et j’ai vu que c’était déjà prévu.
      Je ne suis cependant pas convaincu par l’idée de tirer des contributeurs au sort, sans autre sélection qu’ils soient inscrits sur les listes électorales. En effet, il y a aujourd’hui des gens inscrits sur les listes en Bretagne mais qui ne vivent pas ici à l’année.
      Il me paraît donc essentiel d’y ajouter la contrainte que ces contributeurs devraient vivre en Bretagne (B5 évidemment) en résidence principale. Du reste, il me paraîtrait raisonnable d’y ajouter également un critère de représentativité (en âge, sexe, CSP, etc) : le hasard ne fait pas toujours bien les choses, et il devrait jamais être un outil de gestion démocratique. Enfin, vous ne précisez pas si les tirés au sort seront en droit de refuser de participer, sans besoin de justification. Là encore, cela me semble primordiale : la démocratie forcée, ça n’existe pas.

  2. Bonjour,
    j’insiste sur une proposition: en rapport avec ce que vous écrivez « la Bretagne doit devenir un territoire d’inventions démocratiques »
    Pour avoir fait une pétition en faveur de la réunification de la Bretagne (en pays Bigouden), si il y a une chose qui est sûr c’est bien l’envie de démocratie véritable qui anime une partie très importante de la population…
    ainsi:
    a- Pourquoi ne pas instituer « un conseil populaire » en lieu et place du « conseil économique et social » ( dont la représentation est trop figée avec des acteurs trop engagés politiquement ) au niveau du fonctionnement de la région avec une valeur de vote à l’assemblée régionale.
    Ce conseil peut-être créé de manière comparable au jury d’assise ; tirage au sort des conseillers et durée.

    b-La région doit retrouver le pouvoir de lever l’impôt et de revendiquer une autonomie fiscale.

    En référence au projet de «  la Charte Européenne de la démocratie régionale » :
    Art 35 – ressources financières propres :
    une partie significative des ressources financières des collectivités régionale doit provenir de redevances qu’elles peuvent instaurer librement et d’impôts régionaux ( dont elles peuvent fixer le niveau dans les limites, dans les limites préétablies conformément à la loi).

    – pourquoi ne pas créer un « droit d’arbitrage de l’impôt » , l’idée mais aussi le souhait est de créer un droit d’arbitrage de l’impôt ( en faveur du peuple breton ), en donnant à chaque imposé le droit de spécifier l’utilisation d’une partie de son imposition par rapport aux thèmes des dépenses précisées par la région:

    En référence au projet de « la Charte Européenne de la démocratie régionale » :
    Art 25 – les ressources des collectivités et les conditions d’utilisation de ces ressources sont fixées par la constitution » 
    Si les règles de la levée de l’impôt sont fixées, celles de son usage ne semblent pas être pré-déterminées.  
    « Les collectivités régionales doivent disposer de ressources qu’elles peuvent utiliser librement. »

    Le peuple peut donc intervenir dans la gestion de l’impôt sauf si la législation du parlement l’en empêche.
    L’assemblée de Bretagne devient donc urgente dans un contexte effectif (on peut toujours rêver) de décentralisation… si non le législateur récupèrera sa tutelle ( l’état français est ainsi fait)

    D’une façon générale, il s’agit bien de développer un rapport nouveau à la démocratie . Que ce rapport soit celui des élus à la démocratie ou bien celui de la population à la démocratie. L’idée est de partager une partie du pouvoir avec les Bretonnes et les Bretons. C’est l’idée du droit d’arbitrage de l’impôt.

    Avantage pour la démocratie:
    Cela permettrait de responsabiliser davantage les imposés en leur donnant le pouvoir de décider le devenir d’une partie de leurs impôts.

    De transformer les rapports entre les élus et la population dans cette idée de partenariat décisionnel. Avec pour conséquence de porter ensemble l’avenir de la Bretagne et de donner une image moderne de la Bretagne.

    D’éliminer ( à terme ) le système jacobin qui est à l’inverse de cette proposition… (Rôle de l’assemblée de Bretagne ????? contre pouvoir????)

    D’interpeller les autres systèmes dit démocratiques en région mais je crois aussi à l’étranger.

    De créer une confiance accrue en la politique.

    « un conseil populaire » mais aussi l’action de chaque imposé sur une partie substantielle de ses impôts « droit d’arbitrage de l’impôt » permettraient un ajustement naturel et en temps quasi réel des orientations politiques.
    Vis-à-vis des réalités : il y aurait une sorte d’anticipation sur les problèmes de la société.
    Les gens ont leurs points de vue et cette participation aux devenir de l’impôt serait un moyen d’expression de plus et assez efficace il me semble.

Laisser une proposition

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *